clitoris

Le clitoris, ce mystère…

Je n’y connais pas grand-chose en clitoris. Un puceau frustré de ma trempe n’a pas encore eu la chance de rencontrer le temple de la fertilité. J’ai bien essayé de me renseigner à droite à gauche, je sais qu’il se nomme parfois « le bouton » en argot, le minou en langage d’adolescente. D’ailleurs, je ne sais toujours pas par où urine les filles.

Je sais que c’est un organe érectile, comme le pénis. Deux grosses lèvres qui se gonflent pour accueillir les Africains de passage. Bref, la question n’est pas là mais techniquement. Comment réussir un beau cunnilingus ? (Étymologiquement, cela signifie « lécher la vulve »).

Je crois qu’au niveau de la sensibilité c’est l’équivalent du gland (pas le chêne en puissance mais la cime du pénis), donc c’est à priori inutile de croquer le steak comme un Roumain de la gare du Nord sous essence.

On constate aussi que c’est la partie du plaisir, uniquement dédiés à l’orgasme. C’est le seul organe humain uniquement dédié au divertissement. Du coup, c’est plutôt tenté d’essayer de se le mettre dans la poche si l’on veut devenir l’alpha de l’appartement sans avoir à faire la vaisselle. De surcroît, c’est vrai que c’est vexant de se dire que votre compagne se termine seule pendant que vous fumez une cigarette sous la douche après six minutes d’efforts intenses. Cela vous paraît court six minutes ? Et bien c’est plus que la moyenne pour un acte de pénétration. Alors soit on est une bonne flopée de précoces, soit le temps passe très lentement en période de percussion.

Du coup, il va falloir que je mange de la glace, que je lèche les timbres au moment venue, pour le bien de ma moitié. Puis les femmes aiment le cunnilingus si c’est bien fait et si on arrive à mettre de l’empathie dans le geste. Les femmes sont cérébrales rappelez-vous, elles n’ont pas un bout de chair de quinze centimètres qui conditionne l’ensemble de votre quotient émotionnel. Il va falloir commencer à y penser !

Bon, j’ai aussi appréhendé le fait que je vais tomber sur « une moule » (avec les minéraux en moins), c’est-à-dire que je ne suis pas sûr de pouvoir dompter les arômes du moment. En effet, la femme a une glande odorante particulièrement tenace dans certains cas. Je suis un grand défenseur de la nourriture bio mais là on va quand même très loin si je me fis aux témoignages récoltés.

Malgré tout on veut aimer, on veut leur faire l’amour. Passer rapidement à l’étape post-préliminaire ! Puis ça facilite la pénétration étant donné que ça permet d’éparpiller la cyprine ni vu ni connu. Il va donc falloir aller au combat, sauter sur Kaboul, reprendre Tchernobyl, conquérir la belle. C’est aussi un travail d’endurance et d’aguerrissement qu’elle peut aimer faire subir. Une fois terminé, le clitoris deviendra autonome, elle va s’en occuper durant le reste de l’acte, enfin j’espère. Reste à savoir si à ce moment-là je pourrai encore lui servir à quelque chose.