Première rencontre, 1er rendez-vous coquin..

Première rencontre de Thomas avec une fille au dernier repas du club de patinage artistique.

Il s’y était rendu avec sa bande de collègues rugbymans assoiffés. La soirée avait bien commencé pour ses amis mais lui n’y arrivait pas, surtout avec les filles: tremblements, mauvais tempo dans le déclenchement des regards, répartie absente… Bref, ça sentait le gros zéro à zéro. Seulement voilà, Thomas a de l’orgueil et une petite dose d’audace s’est exprimée quand il a compris que quatre de ses six collègues présents avec lui avaient déjà conclu une fois et même deux fois pour l’un d’entre eux, un expert de la drague. Thomas se décida donc, au seuil de sa voiture et la gabardine enfilée, d’aller déposer un mot galant sous un balai essuie-glace de la Pontiac Catalina appartenant à son objectif (sa première rencontre avec une personne du sexe opposé ne devrait pas tarder à se produire). C’était une fille très belle mais allumeuse, elle avait répondu à son regard par deux fois et, comme Einstein, Thomas pensait que Dieu ne jouait pas aux dés. Sa poitrine n’était pas très forte mais produisait un digne relief étant donné sa ligne entretenue. Son visage était mis en valeur par une coquetterie non dissimulée et ses fesses étaient véritablement son atout majeur, une croupe dangereusement explosive.
Bref, le temps est déjà passé et Thomas rentre chez lui s’éloignant ainsi d’une possible première rencontre. Demain matin, c’est la chasse avec tous ses collègues du Berry et il a prévu de se calibrer pour du sanglier. Une petite séance d’onanisme, deux ou trois pages du roman phare de George Orwell, 1984, et au plumard.
Soudain, une voiture déboule dans la cour de sa petite longère: une Pontiac Catalina, la rencontre possible venait de repointer son nez! Thomas panique totalement, éteint les lumières avant de se poser mille questions inutiles, puis les rallument. C’est Alexandra, la fille de la soirée, elle sort éméchée de sa voiture mais elle est toujours aussi agréable à l’oeil.. Elle sonne trois fois avant que Thomas, en pâmoison, ne vienne lui ouvrir. Elle lui saute alors dans les bras, en soutenant le fait qu’elle n’ait jamais connu si sincère et romantique démarche que ce petit texte embrasé sur l’essuie-glace et coup de tonnerre, elle le supplie de dormir avec lui !
Thomas ne comprend pas, la technique du texte a bien souvent été réalisée et ça n’avait jamais fonctionné jusqu’à présent.. Donc soit c’est l’élue de sa toute première rencontre, soit c’est vraiment une belle coquine.. Il finit par accepter et ils montent à l’étage où, par chance, Thomas possède un lit deux places. Ce lit lui est d’ailleurs parfaitement inutile la plupart du temps mais il ne pouvait pas acheter de lit monoplace il y a quelques mois puisque le vendeur de chez « But » était un ancien collègue de lycée et lui laisser deviner son célibat à 31 ans lui aurait été insupportable..
que faire pour conclure cette première rencontre
Ils s’allongent alors pour sa première rencontre, lui vêtu d’un slip à carreau, elle d’un string Guess. La guerre de positions va environ durer une trentaine de secondes avant qu’Alexandra ne laisse filer ses mains, insolentes de sensualité, sur les organes reproducteurs de Thomas. Ce dernier, au bord de l’éjaculation après une minute d’effleurement finit par se lever: « Je vais aux toilettes, je reviens ! »
Dans la salle de bain, nouvelle consultation avec lui-même, que faire pour conclure cette première rencontre ?
Thomas décide d’une offensive au front, il s’empare d’un préservatif anesthésiant périmé qui lui avait été offert pour ses vingt ans avant de l’enfiler sur son appareil de taille modeste mais pas petit.. Une taille M convient donc parfaitement et il décide de retourner buste bombé vers la chambre où, Alexandra, ivre, vient de s’endormir… Il ne restait plus qu’à Thomas d’aller faire une visite sur rencontre sexe, un site ou tout un chacun, looser ou pas, peut laisser ces sentiments de frustrations..